La scientifique de l’UNAM casse les mythes sur les sargasses

Mardi 27 Fevrier 2018

Cancun-sargasso

La scientifique Brigitta Ine van Tussenbroek Ribbink, basée à Puerto Morelos, Mexique. Spécialiste des sargasses, que nous avons rencontré l’an dernier, approuve totalement notre projet « The ocean cleaner » et notre Sargaboat!

Brigitta Ine van Tussenbroek Ribbink, investigadora de la Unidad Académica de la Unidad de Sistemas Arrecifales de la Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM)…

« Brigitta Ine vanTussenbroek Ribbink souligne que l’invasion des sargasses affectent aussi gravement et sévèrement les herbiers et les prairies, causant plus d’érosion, et d’impact sur la plage (en raison de la quantité exagérée qui est arrivée) et dure plus d’un an, l’impact sur la prairie (fond marins) peut s’étendre jusqu’à 60 ans…
« Contrairement à ce qu’on croit, enterrer les sargasses sur la plage endommage l’écosystème de manière irréversible; l’idéal est de créer un système pour le recueillir en mer, peu de temps avant qu’il n’atteigne la plage….
«Si les sargasses ont déjà atteint la plage, vous ne devriez pas utiliser des engins lourds pour les retirer, car l’équipement qui retire aussi du sable contribue à l’érosion. Lorsqu’elle est placée dans des « terrains vagues » car la nappe phréatique sera contaminée en raison de ses fortes concentrations de phosphore et d’arsenic. Il est très important d’abattre le mythe selon lequel le sargassum se transforme en sable….

on pense que les sargasses peuvent être utilisé pour produire des biocarburants et des engrais; Cependant, plus de recherche sont nécessaire. En outre, les études à ce jour conseillent de ne pas l’utiliser directement en tant qu’engrais…

… sa composition naturelle ne permet pas son utilisation à des fins alimentaires en raison de sa forte concentration en arsenic, donc la préparation des « gâteaux » doit être arrêtée car sa consommation est dangereuse ».

Enfin, la chercheuse précise dans son étude qu ‘«il est important de réfléchir sur le fait que le sujet des sargasses n’est pas une question d’image touristique, mais un problème écologique et même de santé». »

Source : La Jornada Maya